Pour faire partie de la solution, il faut d’abord reconnaître le problème

0
70

 

Chers participants à la CCOS

The International Congress on Climate Change Huelva 2017

Bienvenus à cette conférence parrainée par l’Association des Industries Chimiques et Energétiques de Huelva (AIQBE), un ensemble industriel qui a causé le changement climatique et les maladies associées à la dégradation environnementale que subit la ville de Huelva.

Une conférence organisée par des politiciens de connivence avec un modèle industriel pétrochimique de combustibles fossiles polluants, composé de centrales à gaz, de raffineries, d’installations de regazéification … .. un modèle qui nous est imposé par la dictature franquiste depuis le milieu du XXe siècle, et qui continue aujourd’hui en pleine démocratie la dictature du capital, bien que l’opinion des citoyens s’y oppose.

Ces politiciens qui ont organisé ce congrès, parrainé par ces industries, sont directement responsables de l’un des plus grands écocides mondiales: le vérsement de résidus toxiques dangereux et radioactifs dans les marais du fleuve Tinto, LES DECHARGES DE PHOSPHOGYPSE résultant de la fabrication d´engrais chimiques depuis 50 ans, qui ont généré 120 millions de tonnes et qui ont détruit 1200 hectares de terrains marécageux que ces politiciens étaient tenus de protéger.

Il y a quelques jours, Huelva a subi l’une des pires inondations de son histoire récente. L´estuaire de Huelva manquait de zone naturelle pour dissiper les effets des pluies abondantes, des inondations torrentielles et de la montée des eaux.

Les rivières Tinto et Odiel et leurs marais ont besoin de cet espace naturel qui a été volé par LES DÈCHARGES DE phosphogypse, par des promenades maritimes peu réussies, par des décharges remplies de dragages contaminés dans la réserve de la biosphère et par les quais et les zones portuaires «gagnés sur la mer». Un cocktail explosif qui, avec les conséquences du changement climatique affecte Huelva et sont directement provoquées par ceux qui organisent et parrainent cet événement.

Ces mêmes politiciens ont annoncé un Plan Stratégique pour la ville qui veut garder l’industrie existante à Huelva, et maintenant, le gouvernement espagnol et le gouvernement andalou ont autorisé l’extension de ce complexe pétrochimique à même le parc national de Doñana, transformant ainsi le sous-sol du patrimoine mondial en un stockage de gaz pour spéculer sur son prix.

Huelva a besoin de changer ce modèle industriel sauvage contre l’environnement de l’Europe pour un modèle énergétique basé sur la production d’énergies renouvelables, décentralisé et distribué.
Notre combat de rue que nous réalisons depuis des années est contre ceux que nous rendons directement responsables du changement climatique, nous savons qui ils sont, ils sont ici à l’intérieur.

www.mesadelaria.com

#HuelvaHarta

#JusticiaParaHuelva

#MarismaLimpiaYa